Nathalie Miebach

BOSTON, MASSACHUSETTS


The Burden of Every Drop

Le fardeau de chaque goutte – Traduction libre


Dans mon travail, à l’intersection de l’art et de la science, je fouille des données scientifiques relatives à la météorologie, à l’écologie, à l’océanographie et aux changements climatiques, que je transpose en sculptures tissées. J’utilise principalement la vannerie parce qu’elle me fournit une trame simple et tactile à partir de laquelle je peux « traduire » ces données en espace tridimensionnel. Au moyen de procédés artistiques, je remets en question et je repousse les limites de l’expression habituelle des données scientifiques sous forme visuelle, tout en soulevant des hypothèses quant au type de vocabulaire visuel réputé appartenir à la science ou à l’art.


J’aime me concentrer sur les ouragans et les tempêtes parce que ces phénomènes donnent lieu à des histoires captivantes relevant à la fois de la science et de l’expérience humaine. De fait, on peut les raconter d’au moins deux façons. Le premier récit est scientifique, il se fonde sur les gradients de température, de vent et de pression qui créent les conditions générant ces perturbations atmosphériques et leur évolution.

Le second est basé sur les expériences humaines – vécues pendant les catastrophes comme longtemps après leur passage –, qui sont importantes en ce sens qu’elles apportent des perspectives émotionnelles et nuancées nous permettant d’interpréter ces événements et d’en tirer des leçons. Je crois que nous avons besoin de ces deux types de récits pour comprendre comment la climatologie et les réactions humaines coexistent et divergent alors que nous admettons le changement climatique et ses effets sur les systèmes météorologiques.


L’œuvre que je présente à la BNSC traite de cette dissonance en l’exprimant par des sculptures et par des partitions musicales bi- et tridimensionnelles. Centrées sur des récits humains et des données météorologiques, ces sculptures racontent notre histoire climatique, mais elles constituent aussi des métaphores évoquant des récits parallèles et futuristes. Ces récits, qui peuvent être sombres, absurdes, magnifiques ou optimistes, reflètent la complexité de notre relation actuelle au climat.



PHOTOS : Jean-Michael Seminaro

Biographie

Nathalie Miebach est devenue sculpteure afin d’approfondir au moyen d’une technique tactile les questions qu’elle se posait sur la science. Elle a obtenu de nombreuses récompenses et résidences, notamment un prix de la fondation Pollock-Krasner et une bourse de recherche TED Global. Ses œuvres sont exposées en Amérique du Nord et à l’étranger.

Votre appui nous est essentiel


Faites un don maintenant