Capsules de la Fabrique culturelle

Trajectoire des sens

En constante mutation, la sculpture contemporaine flirte depuis plusieurs années avec la science pour y trouver – et créer – de nouveaux lieux d’inspiration. Qu’il s’agisse d’explorer la matière (physique ou virtuelle) ou de stimuler autrement les sens (la vue, mais aussi l’ouïe et même l’odorat), les œuvres présentées à l'occasion de cette huitième édition de la Biennale nationale de sculpture contemporaine cherchent à redéfinir la trajectoire de nos sens en jouant avec les perceptions sensorielles.


Cette trajectoire se veut artistique, mais aussi géographique, puisque la Biennale propose un circuit d’interventions artistiques à Trois-Rivières, Montréal, Lévis et Victoriaville. De plus, une singulière petite roulotte abritant l’œuvre participative de Giorgia Volpe intitulée Insurrections végétales prend la route pour offrir, dans les lieux où elle s’arrête, l’occasion de vivre la sculpture actuelle. À cet événement satellite, inspiré du thème de la présente édition, se joignent différents artistes régionaux.


bnsc.ca



CRÉDITS

Coordonnateur: Patrick Douville

Caméraman: Jean-Luc Daigle

Caméraman-monteur-réalisateur: Jérôme Scaglia

Technicienne en production régionale: Marie-Josée Desjardins


Les toutes premières images de la capsule présentent l’œuvre de l’artiste Diane Landry intitulée Le nième continent - chute - la route parachute.

Louise Viger © Sodrac 2018

Lieux d'exposition à Trois-Rivières: Galerie d'art du Parc, Centre d'exposition Raymond-Lasnier , Musée Pop, Musée Pierre-Boucher, Atelier Silex-Espace 0...3/4, Centre culturel Pauline-Julien

À Victoriaville: Centre d'art Jacques-et-Michel-Auger

À Montréal: CIRCA art actuel

À Lévis: Regart, centre d'artistes en art actuel


Dust agitator, d'Alice Jarry

À partir d’un matériau aussi peu valorisé que le verre recyclé, Alice Jarry provoque des rencontres et des collisions qui viennent ébranler notre perception de la matière. Sous l’impulsion des mouvements programmés par l’artiste, le verre, matière «fatiguée» et en fin de cycle utilitaire, s'anime, s’accumule, se sédimente et semble reprendre vie dans un contexte artistique inattendu. Se dresse alors sous nos yeux un décor vaguement lunaire, hypnotique, où les frontières s’estompent — entre art et technologie, matérialité et visibilité, infini et éphémère. Créée à l'occasion de la huitième édition de la Biennale nationale de sculpture contemporaine de Trois-Rivières, l'installation cinétique Dust agitator s’est construite en quatre jours. Un processus fascinant de programmation et d’assemblage qui se veut le point de départ d’une œuvre appelée à se transformer et à se réincarner.


alicejarry.com


CRÉDITS

Coordination: Patrick Douville
Caméra, montage et réalisation: Simon Laganière
Montage: Jean-Luc Daigle
Technicienne en production régionale: Marie-Josée Desjardins

Crédits - Oeuvres
Dust agitator: Alice Jarry (2018)
Support technique: Thomas Ouellet Fredericks
Assistante à la production: Marie Pontais
Feutre: Karolyn MartinLighthouses 01: Alice Jarry et Vincent Evrard (2015)


Remerciements

- À Martin Côté et l'équipe du Groupe Bellemare pour l'accès au centre de tri et les matériaux.
- Au Musée Pierre-Boucher ainsi qu'à toute l'équipe de la Biennale nationale de sculpture contemporaine.
- À Myriam Fauteux, Henri Morrissette et Gabriel Moreau.


Votre appui nous est essentiel


Faites un don maintenant