Mathieu Valade

Chicoutimi, Québec, Canada

Présenté à CIRCA art actuel
372, rue Ste-Catherine O #444, Montréal, QC H3B 1A2

Ma pratique artistique explore les rapports de contradictions existant entre les formes simples et les images qu’elles peuvent évoquer une fois détournées. La production d’objets sculpturaux ou de dessins, toujours avec un souci de mettre de l’avant une plasticité forte, se voit hybridée à des éléments de représentations simples (typographie, logos, pictogrammes, formes géométriques) dans le but de soulever de nouveaux potentiels d’interprétation.

Considérant l’objet artistique comme un artifice, les sculptures et les dessins que je propose demandent l’exercice de faire un certain « saut » dans l’illusion : associer les éléments graphiques ou plastiques dans le but d’en déceler l’image, ouvrir un tiroir, pénétrer dans la sculpture, etc. L’image n’est jamais complètement donnée, elle est à construire. Elle est proposée par la juxtaposition de différents événements plastiques, de formes, de percées, de répétitions, de signaux lumineux, comme un décor dont les éléments prennent sens par un exercice d’association des signes.

Plusieurs de mes travaux revisitent des genres, des modes de production ou même des œuvres issues de moments de l’histoire de l’art pour lesquels j’ai un intérêt tout particulier. Ainsi, une sorte de dialogue s’est installé dans ma pratique avec le minimalisme, l’art conceptuel et la modernité artistique en général. Sans être la clé de la lecture de mes œuvres, cet aspect de citation propose un second ordre de lecture, comme si elles comportaient un code latent issu de l’histoire de l’art.

Dans ma pratique sculpturale, l’œuvre vient souvent s’intégrer au lieu de manière à y puiser son sens ou à en souligner la fonction : les balles de foin au champ, la colonne au musée, le panneau publicitaire aux abords de la route. L’échelle des objets confronte à la fois le lieu et le visiteur, par ses dimensions s’apparentant à celles du monument. Il en résulte une pratique voisine de l’in situ, où le contexte nourrit l’intervention et où l’intervention nourrit le contexte.


Photo : Lise Barbeau

Photo : Lise Barbeau


Photo : Lise Barbeau

Photo : Lise Barbeau

Photo : Lise Barbeau

Dans votre parcours artistique, quelle perception vous relie à la thématique Le Meilleur des mondes ?

Le projet que je propose s’inspire d’un lieu du roman, celui où les fœtus grandissent dans des bocaux. L’installation que je présenterai se rapproche de ce lieu dans sa forme extérieure. Elle se compose de plusieurs prismes de verre givrés, tous identiques, comme les bocaux. Par ailleurs, le contenu des prismes ne réfère pas au roman. Ces compositions sculpturales jouent avec le vocabulaire et le champ de représentation des natures mortes traditionnelles (agrumes, pelages, étoffes, horloges, ossements, oiseaux naturalisés, plantes, etc.). À travers ces compositions d’objets issus d’une représentation traditionnelle, j’intègre des objets contemporains qui pourraient faire appel aux idées de vanitas et de memento mori, mais aussi à des concepts actuels tels que l’obsolescence programmée ou l’anonymat des interrelations numériques.

Ces compositions sont par la suite introduites dans les prismes d’acrylique givrés (Plexiglas), comme s’il s’agissait de cloches de verre, présentant des bribes de compositions internes à travers leurs surfaces dépolies. Ces surfaces agissent comme des écrans, laissant deviner des formes qui perdent leurs définitions plus elles sont éloignées de l’œil.


Biographie

Mathieu Valade est originaire de Salaberry-de-Valleyfield en Montérégie. Il a obtenu un baccalauréat en arts visuels de l’UQÀM en 2003 et une maîtrise de l’Université Laval dans la même discipline en 2005. Il compte à son actif plusieurs expositions au Canada et à l’étranger, notamment des expositions individuelles à la Galerie Duplex100m2 à Sarajevo, au centre Latitude 53 (Edmonton, AB) au Centre d’exposition Circa (Montréal) et au Centre Le Lieu (Québec). Il a aussi participé à plusieurs manifestations collectives, dont la quatrième Manifestation internationale d’art de Québec et C’est arrivé près de chez vous au Musée National des beaux-arts du Québec.

Il compte parmi les membres fondateurs du collectif Pique-Nique, un organisme voué à l’intrusion spontanée d’art en contexte public depuis 2001. Pique-Nique compte plusieurs manifestations artistiques à son actif. Mathieu Valade enseigne aussi à titre de professeur à l’Université du Québec à Chicoutimi.


Votre appui nous est essentiel


Faites un don maintenant