Erika Dueck

Toronto, Ontario, Canada

Présentée à CIRCA art actuel

372, rue Ste-Catherine O #444, Montréal, QC H3B 1A2


Through Still Wanderings (À travers des errances figées)

Mes agencements intérieurs miniatures explorent la façon dont nous percevons et interprétons la réalité. Bien que les espaces soient délimités, ils refusent d'être contenus. Ils jouent avec le dévoilement et la tromperie, créant des opportunités pour toute chose, connue et inconnue, à devenir instable et à se renverser sur elle-même.

L'échelle des jouets est inoffensive et séduisante, absorbant tranquillement le spectateur tout en augmentant la distance entre lui et l'objet. Les spectateurs peuvent se projeter dans les espaces seulement pour en être repoussés à l'extérieur, incapables d'explorer physiquement les structures. Cela crée une expérience alternant entre présence et absence. Il y a une envie et un désir qui ne peuvent jamais être satisfaits.


Les intérieurs confondent l'espace, perçant quelquefois les structures physiques qui les entourent, devenant des passages qui s'étendent vers des endroits éloignés, ou qui circulent à travers des boucles sans fin. On ne sait pas si les espaces promettent des progrès ou bien se transforment en prisons labyrinthiques qui accablent et rendent confus. Les scènes en miroir sont des illusions qui s'étirent et se déplient. Ils contiennent des mondes invisibles qui augmentent et s'effondrent, disparaissant en un instant et cessant de perceptuellement exister une fois abandonnés. Tout ce qui reste sont des reconstructions mentales qui se modifient doucement dès que l'image est supprimée. Les constructions de fortune sont tout aussi fragiles que les rencontres éphémères qui activent leurs intérieurs. Les perceptions sont trompeuses, mais nous ne pouvons pas détourner le regard de la promesse de plus que ce que nous aurions pu imaginer.



Photo : Lise Barbeau


Photo : Lise Barbeau

Photo : Lise Barbeau

Photo : Lise Barbeau

Photo : Lise Barbeau

Dans votre parcours artistique, quelle perspective vous relie à la thématique Le Meilleur des mondes ?

Les mondes isolés au sein de mes miniatures sont retirés de leur environnement, existant indépendamment des structures physiques qui les entourent et détachés d'un monde extérieur miniature qui pourrait leur fournir un contexte. De même, Le Meilleur des Mondes propose une réalité qui est détachée du monde naturel, de l'histoire humaine et de l'intimité avec les autres. Les deux mondes sont des structures sans fondation qui existent en dehors des réalités qui les entourent.

Malgré l'abondance dans les deux mondes, il y a un déficit fondamental à peine voilé derrière le spectacle. Les constructions fragiles de mes miniatures sont tout aussi sujettes à l'effondrement que la société soigneusement mise au point dans Le Meilleur des Mondes; la plus petite interruption dégrade l'illusion et la désintègre.


Biographie

Erika Dueck vit à Guelph, Ontario, où elle est une candidate à la Maîtrise en arts visuels à l'Université de Guelph. Elle détient un baccalauréat avec distinction de l'Université du Manitoba et a reçu plusieurs prix et bourses pour son travail, y compris le CRSH, la lauréate nationale du concours BMO 1st Art! et la reconnaissance comme l'une des onze gagnant(e)s de la Chaire nationale de l'UNESCO dans le cadre du Bioethics and Human Rights Global Art Competition.

Votre appui nous est essentiel


Faites un don maintenant